Le 29 NOVEMBRE 1947,
une erreur a été commise:
le partage de la Palestine.

Les Israéliens doivent la reconnaître.

Un homme - Une voix
Autres articles à la Une (Site édité par François-Xavier Gilles)

France Palestine Solidarité


Boycott Désinvestissement Sanctions


CAPJO-Europalestine


Stop The Wall


Info-Palestine


Palestine Solidarité


the International Solidarity Movement


Join Palestine

Al Hadidiyah

La persécution d'une communauté


Jeudi 26 novembre 2015, au matin à 7h30, les militaires israéliens entraient dans la communauté d'Al Hadidiyah de la Vallée du Jourdain pour, une fois encore, une nouvelle vague de démolitions. L'opération punitive dirigée contre le chef de famille, responsable de la communauté, Abu Saqr, vient clairement en représailles de la rénovation d'une route (d'une piste à vrai dire, Ndt), que les personnes d'Al Hadidiyah avaient commencé à renflouer de graviers en prévision des pluies durant les mois d'hiver. Cette route relie le village au monde. La fille d'Abu Saqr, enceinte,  a été attaquée par les soldats et se trouve actuellement à l’hôpital ; elle risque de perdre son bébé.

Deux bulldozers de l'armée accompagnés de six jeeps militaires ont envahi Al Hadidiyah et démoli dix installations appartenant à Abu Saqr et aux quarante membres de sa famille. Ces installations comprennent les tentes d'habitation, les bergeries, le four à pain et les abris où est stockée la nourriture. En outre, l'armée a détruit également les abris appartenant au fils d'Abu Saqr, Gazi, vivant là avec sa femme et ses deux enfants parce qu'il n'a pas la possibilité d'habiter ailleurs. L'armée a également détruit deux bergeries et une tente appartenant à Mohamed Mahmoud Bisharat, un des aînés de la communauté.


Durant la vague de destruction, les militaires ont brutalement attaqué la fille d'Abu Saqr, enceinte de trois mois ; elle a été transportée à l’hôpital en sang.

Seuls les panneaux solaires qui fournissent à la communauté un peu d'électricité ont été épargnés afin, sans doute, d'éviter la réaction des donneurs face à la destruction de leur projet. Les images de ces panneaux solaires intacts, au milieu des destructions délibérées de tout le reste, pose la question de la raison de mettre en évidence "l'aide efficace" des projets d'ONG internationales alors que ce qui est réellement en jeu ce sont la vie et la survie de communautés entières face à la politique d'Israël de transfert forcé de population et d'épuration ethnique.

Cette invasion et cette démolition surviennent au lendemain de la destruction par les militaires des travaux pour préparer la route d'accès au village. Il y a un mois, la communauté avait commencé à mettre du gravier pour s'assurer qu'elle puisse être utilisable pendant la saison des pluies à venir. Elle devait permettre aux enfants de continuer à se rendre à l'école et garantir à la communauté l'accès aux services, aux autres villages et villes. Les gens ont travaillé sur ce projet avec leur pelles et un tracteur appartenant à la communauté.

Abu Saqr était responsable des relations avec les organisations internationales qui soutenaient ce projet.


Pendant que les militaires détruisaient la route, ils menaçaient Abu Saqr de démolitions supplémentaires. Il a insisté sur le fait qu'un recours contre les démolitions était toujours devant la cour de justice israélienne et qu'aucune décision n'avait encore été prise pour les autoriser. Ce que confirment les avocats.

Comme plusieurs fois auparavant, les militaires israéliens n'en ont pas tenu compte et, sans ordre de démolition, ils ont détruit une bonne partie de la communauté comme une punition collective pour avoir tenté d'améliorer la viabilité de la route.

Les militaires sont revenus une fois de plus dans l'après midi pour menacer les membres de la communauté qui avaient commencé à reconstruire installations et abris. Ils ont choisi Rashid Al Kadiriy, le propriétaire du seul camion de la communauté et l'ont prévenu que son camion ainsi que le tracteur d'Abu Saqr seraient confisqués s'ils continuaient à reconstruire leurs installations et qu'ils démoliraient à nouveau dans moins d'une heure ce qu'ils avaient déjà reconstruit. Les militaires les ont également informés que leurs installations et existence sont "illégales" et qu'ils doivent s'en aller ailleurs.

L'Histoire du déplacement de population

Al Hadidiyah était une communauté de fermiers prospères avant l'occupation de 1967, composée de 160 familles habitant des maisons en pierre construites de façon traditionnelle. En 1997, elles furent chassées de la terre qu'elles possédaient sans autre choix que d'aller s'installer quelques kilomètres plus loin, s'abritant sous des tentes de fortune. Ils sont obligés de vivre depuis 18 ans de cette façon, puisque les autorités d'occupation systématiquement leur dénient le droit de construire en dur toute installation quelle qu'elle soit, ou d'avoir de l'eau courante, de l'électricité, des écoles, des hôpitaux ou des routes.

En 2000, plus de 15 familles sont parties à la suite de mesures imposées par l'armée israélienne qui limitait l'accès à l'eau. Tracteurs et citernes furent confisqués sur des terres considérées comme "zone interdite". Une citerne fut confisquée pendant huit mois et seulement rendue après paiement par les habitants de 12 000 NIS (12 000 shekels = 2 900€, Ndt).

En 2002 et 2003, quelques huit familles quittèrent la communauté après le creusement d'une tranchée par l'armée israélienne à l'ouest d'Al Hadidiyah, empêchant les habitants d’accéder à leur nourriture, à l'eau et aux services de base. Quelques unes de ces familles vendirent leur troupeau et s'en allèrent à Tamun, situé en Zone A. Ces familles survivent maintenant comme ouvriers ou dépendent de leurs enfants qui sont éleveurs. D'autres sont allées dans la région de Khirbet Atuf et continuent à élever leur troupeau.

Entre 2033 et 2008, environ huit familles sont parties pour différentes raisons, notamment après des démolitions imposées par les autorités israéliennes (entre 2005 et 2007) et à cause de l'installation d'une barrière sur la route à l'ouest de la communauté, empêchant l'accès à l'eau. En 2008 quatre familles supplémentaires sont parties après démolitions.

En juin 2011, les militaires israéliens ont effectué deux séries de démolitions à Al Hadidiyah, détruisant 33 installations, laissant 37 personnes sans toit et abaissant le niveau de vie de plus 15 d'entre elles. La plupart de ces installations, 29, ont été démolies le 21 juin 2011. Depuis cette date, un recours contre ces démolitions est déposé devant la cour israélienne et théoriquement tous les ordres de démolition sont gelés. Pourtant les douze familles restantes, qui tiennent bon et refusent de quitter cet endroit, ont déjà connue plusieurs démolitions sans ordre légal ou sans préavis.

Pour chasser la communauté de ses terres, des manœuvres militaires avec chars et balles réelles ont lieu régulièrement à quelques centaines de mètres des habitations.

Al Hadidiyah et les colonies illégales d'Israël


Les colonies illégales israéliennes de Ro'i et Bequa'ot se sont appropriées déjà 3000 dunums (300 hectares) de terres agricoles à Al Hadidiyah.

Depuis 1977, la colonie israélienne de Ro'i ne cesse de s'étendre sur les terres d'Al Hadidiyah. Les tentatives pour expulser la communauté ont pour but de garantir un libre accès à la construction de colonies sur 20 000 dunums (2 000 hectares) de terres fertiles appartenant aux Bédouins Palestiniens dans le Nord de la Vallée du Jourdain.

Malgré la proximité des pompes de Mekorot, compagnie nationale israélienne des eaux, le village n'est pas relié aux réseau. Par conséquent, les habitants d'Al Hadidiyah dépendent de citernes particulièrement chères, 30 NIS (7€) le mètre cube, environ six fois plus que s'ils étaient reliés au réseau d'eau. Ceci explique pourquoi la consommation moyenne à Al Hadidiyah (20 litres par personne et par jour) est loin du minimum de 100 litres recommandé par l'Organisation Mondiale de la Santé.

Par contre, les deux colonies d'à côté, Ro'i et Baqa'ot, sont desservies par Mekorot et leur consommation pour l'usage domestique – qui ne comprend pas la consommation pour l'agriculture – est 23 fois plus importante que celle d'Al Hadidiyah : 460 litres par personne et par jour.


Sources: Stop the Wall (traduit par Fx Gilles)


A la Une
(Autres Articles)

Comment sauver Jérusalem et amener la paix au Moyen-Orient
Comment sauver Jérusalem et amener la paix au Moyen-Orient
Samah Jabr - La culpabilité de ceux qui haïssent et l’innocence de ceux qui
Samah Jabr - La culpabilité de ceux qui haïssent et l’innocence de ceux qui
Non, Madame Frégosi, l'antisionisme n'est pas devenu le nouvel antisémitisme
L'antisionisme
Libérez les tous les prisonniers politiques palestiniens!
Issa Amro - Salah Hamouri
La Haine
Une de charlie bebdo
Jérusalem - une étincelle d'espérance palestinienne
Jérusalem - une étincelle d'espérance palestinienne
Les prisonniers politiques Palestiniens suspendent leur grève de la faim
Témoignage de Qassam Barghouti, le fils de Marwan Barghouti.
Des nouvelles des prisonniers politiques palestiniens en grève de la faim
Ahmad Sa'adat (FPLP) et Marwan Barghouthi (Fatah)
Grève de la faim des prisonniers politiques palestiniens, 25ème jour
Grève de la faim des prisonniers politiques palestiniens, 25ème jour
Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les prisons d'Israël.
Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les prisons d'Israël.
Le rapport de l'Onu qui accuse Israël du crime d'Apartheid
Le rapport de l'Onu qui accuse Israël du crime d'Apartheid
Procès BDS 57 à Metz 2 février 2017
Procès BDS 57 à Metz 2 février 2017
Procès BDS 57 à Metz 24 janvier 2017
Procès BDS 57 24 janvier 2017
Une lueur d'espoir à faire connaître et à développer.
Une lueur d'espoir à faire connaître et à développer.
Semaine d'Action Internationale: Boycottez Hewlett Packard
Semaine d'Action Internationale: Boycottez Hewlett Packard
«Une direction» qui participe aux funérailles du criminel de guerre Peres
«Une direction» qui participe aux funérailles du criminel de guerre Peres
Les pubs indécentes d'Israël
Les pubs indécentes d'Israël
L'horreur au quotidien
L'horreur au quotidien - Notre silence les tue!
Une chienne de garde de l'apartheid à Al Khalil (Hébron)
Une chienne de garde de l'apartheid à Al Khalil (Hébron)
L’occupation n’aura jamais ni paix ni légitimité
Une interview de Samah Jabr
Hadidiya - La prochaine étape dans la lutte pour la survie
Après L'Etat juif de Theodor Herzl, Le Nouvel Etat juif de Shmuel Trigano
Une analyse du journal Le Monde d'un essai qui fait froid dans le dos
Quelques nouvelles très tristes, et révoltantes, d'Al Hadidiya.
Al Hadidiya - Israël déchire les couvertures...
Camp de réfugiés de Jenin...Encore et encore
Iyad Hanoun kidnappé par l'armée israélienne
Abu Saqr et sa famille agressés par les forces d'occupation israélienne.
Le village d'Hadidiya détruit.
Pour le boycott universitaire et culturel de l'état d'Israël
Tribune
A Beit Ummar, le 4ème en moins de 4 mois
A Beit Ummar, le 4ème en moins de 4 mois
Sur la même route, au même endroit
Sur la même route, au même endroit
Sur la destruction de ce qui fait sens en Palestine
Sur la destruction de ce qui fait sens en Palestine
Ca fait tache!
Raid d'un commando israelien dans le camp de Jenin
Vallée du Jourdain: l'école de Samra détruite par l'armée israélienne
Vallée du Jourdain: l'école de Samra détruite par l'armée israélienne
Tel Aviv sur Seine
Tel Aviv sur Seine - Un scandale
Libération de Sheikh Khodr Adnan
Libération de Sheikh Khodr Adnan
Votre silence nous tue
Meutre à Jenin et Après plus de 50 jours de grève de la faim
Un jour noir à Beit Ummar
Jaafar et Ziyad Awad assassiné par l'armée israélienne
Sodastream et Véolia
Sodastream ré étiquette et Véolia jette l'éponge
L’Etat sioniste est le foyer menaçant l’humanité toute entière
Déclaration du représentant du Jihad Islamique de Palestine au Liban-Abu Imad
Israël contre les Juifs
Un article de P.Stambul de l'UJFP
Destruction et arrestation d'un enfant dans les Collines du Sud d'Hébron
Destructions et arrestation d'un enfant dans les Collines du Sud d'Hébron
Je suis...je ne suis pas...Mohammad, mais j'ai honte
Je suis...je ne suis pas...Mohammad, dans le coma depuis le 29 décembre 2014.
Je ne suis pas Charlie
Schlomo Sand: Je ne suis pas Charlie
Hamas et Hezbollah condamnent l'attentat contre Charlie Hebdo
Hamas et Hezbollah condamnent l'attentat contre Charlie Hebdo
Naji al-Ali, caricaturiste palestinien, assassiné le 22 juillet 1987
Naji al-Ali, caricaturiste palestinien, assassiné le 22 juillet 1987
La Palestine à l'ONU, et après?
Dans Charlie Hebdo, Le 8 septembre 2011, un article de Charb sur la Palestine.
Il faut permettre au Hamas de s’intégrer dans le champ politique palestinien
Lettre ouverte du Pdt de l'Afps à M.Fabius Ministre des Affaires Etrangères
Communiqué de presse du Jihad islamique en Palestine
A propos du projet de résolution palestino-arabe présenté au conseil de sécu
Tensions après la mort d'un ministre palestinien
Ziad Abou Eïn décédé en Cisjordanie lors de heurts avec des soldats israéli
Communiqué du FPLP
après l'action dans une synagogue à Jérusalem